Rédigé par : Loris Vitry (coach et professeur de Yoga)

Avertissement : Si vous avez des questions ou des préoccupations médicales, veuillez en parler à votre médecin. Même si les articles sur ce site se basent sur des études scientifiques, ils ne remplacent pas un avis médical professionnel, un diagnostic ou un traitement.


Comment transmuter votre énergie sexuelle ? (atelier vidéo gratuit) ▶ Découvrez l'art de la transmutation pour développer et canaliser votre énergie sexuelle afin d'atteindre tous vos objectifs (matériels, personnels ou spirituels). Enseignement inédit!

Aujourd’hui, nous allons parler de la gestion des émotions.

On m’a posé la question dernièrement : « Comment bien gérer ses émotions avec la respiration ? ».

Vous l’aurez compris, c’est donc le thème que nous allons aborder ensemble aujourd’hui.

Si le sujet vous intéresse alors nous pouvons démarrer !

Pourquoi faut-il apprendre à gérer ses émotions ?

Malheureusement, la gestion des émotions n’est pas un sujet que l’on apprend à l’école.

Pourtant, l’influence de nos émotions est considérable à plusieurs niveaux.

La capacité à gérer ses émotions apporte de très nombreux bénéfices.

Que se passe-t-il quand on ne sait pas faire ?

Nous pouvons nous retrouver littéralement prisonnier ou prisonnière d’émotions fortes comme la tristesse ou la colère par exemple.

Comment bien gérer ses émotions avec la respiration ?

Dans le prisme des émotions, il existe des émotions positives et des émotions négatives.

L’amour, la joie, l’enthousiasme et le sentiment de gratitude par exemple, font partie des émotions positives.

Elles nous élèvent et nous font nous sentir bien.

A contrario, des émotions comme la colère, l’amertume, la tristesse, la jalousie et la haine peuvent même nous faire vivre des situations dangereuses.

Comment évacuer ses émotions avec la respiration ?

La première clé pour apprendre à améliorer sa gestion des émotions, c’est déjà d’apprendre à les accepter.

Une émotion qui n’est pas accueillie, c’est une émotion qui va revenir.

L’émotion, c’est un mouvement ou un signal.

Si vous décidez de ne pas en prendre connaissance et de vous en détourner aussitôt, l’émotion reviendra.

Encore et encore.

Jusqu’à ce que vous décidiez de lui laisser l’espace nécessaire en vous pour qu’elle puisse se déployer.

La deuxième étape, c’est d’apprendre à la reconnaître.

Et c’est là où la respiration peut nous être d’une très grande utilité.

Lorsqu’une émotion commence à émerger en vous, essayez simplement de porter votre attention sur votre souffle.

Essayez simplement de respirer normalement tout en vous focalisant sur le mouvement de l’air qui entre et qui sort.

Cette concentration volontaire sur votre respiration va vous permettre de calmer votre mental.

Le but, c’est simplement de ralentir le flot de vos pensées et de vous permettre d’être capable d’observer en conscience les émotions qui vous traversent.

La respiration présente de très nombreux avantages.

Si vous avez une respiration ample, cela va vous permettre d’oxygéner de manière optimale votre organisme.

Cela vous permettra de prendre plus de recul et d’être capable de poser des actions beaucoup plus éclairées.

C’est le souci quand nous n’avons pas l’habitude de gérer nos émotions.

Elles peuvent nous envahir et nous déborder complètement.

Dans ces moments-là, on se retrouve alors à perdre totalement le contrôle.

Nos actions laissent la place à des réactions.

Et vous l’avez très certainement remarqué par vous-même, une réaction émotionnelle ne donne pas forcément les meilleurs résultats dans notre expérience de la réalité.

Apprendre à respirer en conscience, c’est se permettre de trouver un espace calme et serein en soi.

Mon petit conseil, c’est de prendre le temps de respirer en conscience aussi régulièrement que possible.

Faites une petite pause dans votre journée, respirez profondément et essayez d’être attentif à votre météo intérieure.

Cela devrait considérablement vous aider à mieux gérer vos émotions.



Lire aussi :

Comment lutter contre l’andropause grâce au yoga ?

Problème de couple: les causes possibles ?